Satan nous doit de l’argent, prenez un test d’attaque de l’anxiété dans le miroir

De la bouffe vente auditive, grasse et sucrée tout en même temps, et pâteuse et informe. Un croisement d’émissions avec suivre le traiteur avec un trait impeccable pour servir de bande-son à quelque chose de nouveau. Exploitation-teen film bien gothmoche et golmon, genre blade 4, le corbeau VII, n’importe. .. À la condition préliminaire, donc, de jouer sans faux-semblants ni illusions ce type de plaisirs qui ne font test d’attaque d’anxiété de bien ni à la ligne ni au cerveau, il glisse tout seul avec le même slurp qu’un sprite géant et le même burp subséquent.

Comment, faites-vous, faites-vous plaisir, moss, soyez-vous honnête?


Avec ses dreads minutieusement tressées, ses bandeaux repassés, son ADN qui penche plutôt vers la partie de johnny test d’attaque d’anxiété Depp que celle de Gary Oldman? Voilà un album clairement pensé pour tabasser – mais tabasser sombre, bien sûr: ces "grogne" aussi ridicules que multiples … – quand étaient-ils brouillés dans une mer de caramel; pour jumper mais pas groover: comme un gros sac patibulaire.

Alors, voyons: tu regardes dedans le miroir, et kestuvoi? Un genre de double caricature, mon pote: du néo et de korn; de métal-fusion empâté et fiottasse-dépressif, épais comme du biohazard ou du doigt mais sans groove ni test d’attaque de l’anxiété tatouées … et que nous disons cette esthétique, dont vous ne voulez absolument pas test d’attaque d’anxiété coupables inspirateurs, ce n’est pas trop retour possible vers l’ère du rêve: ma foi, ils sont aussi le plus – le seul? – avatar fréquentable; and a well as gots manson.

Non, le seul véritable défaut de jeter un oeil dans la test d’attaque d’anxiété miroir, celui dont on on peine (je n’ai pas dit "échoué", notez bien) à faire une qualité, ce ne sont pas ces mélodies moins brillantes qu’ailleurs, ombrageuses comme ils sont: c’est sa volonté de brutalité, de donner dans l’épaisseur intouchables (ils reprennent ce chemin aguicheur, heureusement, avec CU), de revenir à la supposée (sur n’écoute jamais les fans, jon, malheureux!) plus la grande sombritude d’émissions, mais en prenant soin de s’enfuir les couilles rap-metal de suivre le leader; de reprendre le gros son sur les intouchables pour le mettre au pas et profiter cette fois test d’attaque d’anxiété d’un truc sérieux: un bulldozer maquillé comme un camion volé, file file on ses chenilles.

Alors … Trouver cela arithmétique, algébrique, logique, ou bien moins du monde, mais tout cela est devenu l’album le plus perdu (paradis perdu encore, mais celui d’icône pour le coup, la pochette est sans équivoque ) de korn et, dans le genre, suivez le leader plus sa mémoire (on n’imagine pas davis en mash-up d’anna-varney avec alain jourgensen, sérieusement?), plus grandiloquent, plus pesant … Plus réussi. Dieu que cette batterie est lourde, sinistre et léger, et quel discret héroïsme ne dément-elle pas pour démanteler (oui, j’ai mes instants bashung) tout le potentiel groove d’un album test le feeling hip-hop spooky-clowny-mutant des débuts, avant de poursuivre simplement, gros jean comme devant, ses expériences visant à transformer godflesh en barre chocolatée …

RELATED_POSTS